Printemps
Numéro de la boutique : 04 67 59 74 95

La livraison* est offerte dès 150 € d'achat

Recherche en cours Recherche en cours...
Marques

Tailles

Prix
Divers

COINCEURS ET DÉCOINCEURS

28 résultat(s)

Histoire

Les coinceurs passifs, qui s’appellent également bicoins, câblés ou stoppers, sont nées en 1950 en Angleterre. Au pays du pudding l’éthique en escalade est très stricte et interdit l’utilisation de pitons. Les grimpeurs vont récupérer des vieux boulons sur les chemins de fer, attacher des sangles sur ceux-ci et les utiliser comme coinceurs.

C’est en 1972 que naitront les  premiers coinceurs conçus spécialement pour l’escalade, sur un principe très proche des coinceurs des actuels.

Le premier à imaginer le principe du coinceur mécanique, aussi appelé camalot ou friend, est vitaly abalakov, un célèbre alpiniste russe, aussi inventeur de l’Abalakov. Il imagine le principe des cames basés sur la spirale logarithmique. En 1973, Greg Lowe brevète la première came Abalakov à ressort.

En 1974, Ray Jardine développe les coinceurs mécaniques modernes, multi-cames, à ressort et avec une gâchette. Avant d’avoir breveté son invention il testait ses coinceurs avec des amis en les cachant sous son pull jusqu’au dernier moment.
Un jour son ami Kris Walker lui demande au pied d’une voie :
 « Avez-vous apporté votre … euh … » comme des grimpeurs présents essayent d’écouter, Kris Walker, embarrassé, prononce alors : «…amis ? » c’est la naissance du terme « Friend ».

L’entreprise Black Diamond invente, plus tard, le double axe qui permet de mettre le coinceur en parapluie mais surtout améliore la tenue du friend en permettant d’utiliser de plus grandes cames pour une taille de fissure égale.

Aujourd’hui

Les coinceurs sont restés fidèles au concept de base. Ils sont composés d’une pièce de métal attaché à un câble. On bloque le coinceur dans une fissure de manière à ce qu’il retienne le grimpeur en cas de chute. Bien placé un coinceur est très fiable.

Les coinceurs mécaniques sont désormais un élément prépondérant dans l’escalade et l’alpinisme. Ils permettent l’assurage dans des fissures parallèles et sont bien plus faciles à placer que les protections passives.

Les technologies et matières

Le corps du bicoin est en alu qui est résistant et légers. Ce matériau est également un peu mou, cette relative ductilité permet de mieux adhérer à la roche.

Les coinceurs mécaniques sont composés de 3 ou 4 cames en aluminium qui ont une forme de spirale logarithmique. Cette spirale logarithmique a pour particularité de toujours avoir le même angle vis-à-vis du rocher. On a donc une came qui se comporte de manière homogène en s’écartant. C’est la base même du coinceur actif.

Ces cames sont reliées à un axe en acier. Certains friends utilisent un double axe qui améliore énormément leur comportement.

Le double axe permet d’éloigner l’axe de rotation du rocher, de ce fait l’angle est le même mais la came « grandit » plus sous l’effet de la même rotation. Cela permet donc une meilleure adhérence de la came sur le rocher. Ils sont beaucoup plus fiables.
Pour faire simple, utiliser un friend à double axe équivaut à utiliser un friend à simple axe 30% plus grand en terme d’adhérence et de fiabilité.

L’axe est relié à un ou plusieurs câbles sur lesquels est attachée la corde.

Certains coinceurs proposent également une gâchette qui améliore la prise en main.

Les certifications courantes

Il existe plusieurs normes pour les coinceurs.

 La norme EN12270, est la norme en vigueur pour la commercialisation en Europe des câblés. Le coinceur est testé entre deux rouleaux de diamètre 130mm, sa résistance maximale est affiché en Kn (1 Kn = 100 kilos).
La norme UIAA qui applique des tests équivalents mais est plus exigeante que la norme CE et apporte donc un surcroit de sécurité qui n’est pas forcément nécessaire.

Les friends sont soumis à la norme CE EN 12276, coinceurs mécaniques pour l’escalade et l’alpinisme. Les coinceurs sont testés dans un mors avec une surface striée et très rugueuse dont les parois sont parallèles. Les camalots sont testés à ¼ et ¾ de leur ouverture maximale. La norme impose ensuite de noter la force maximale à laquelle le coinceur a résisté.

La norme UIAA 125 reprend la norme CE au point prêt en ajoutant un requis sur la manière dont la sangle est cousue, c’est-à-dire rien

Les Check-lists associées

-        Check list escalade de bloc
-        Check list escalade terrain d’aventure
-        Check list escalade sportive
-        Check list artif
-        Check list psycobloc

Aides aux choix de matériel associées

-        Choisir un coinceur mécanique

ATTENTION

Les coinceurs sont des éléments de sécurité parmi les plus difficiles à utiliser en escalade. Il est important de vérifier leur état avant chaque utilisation et savoir les placer avant de s’en servir.